AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Un petit coup de poudre...

Aller en bas 
AuteurMessage
Akage Mai
Humain
Humain
Akage Mai


Feuille de personnage
Espèce: Humaine
Niveau: 4
Clan: Shiroi

Un petit coup de poudre... Empty
MessageSujet: Un petit coup de poudre...   Un petit coup de poudre... Icon_minitimeMer 20 Jan - 19:29

Je m'étais endormie dans la bibliothèque, les bras de Morphée m'avait enveloppés, je me laissais vivre dans mes rêves ne sachant pas si j'étais en plein délire ou en plein rêve, pourquoi tant de couleur s'ancrait dans mes yeux ? Je ne savais déjà plus où je me trouvais, c'était vraiment louche, à croire que j'avais encore gouté à mon propre pouvoir, ce n'était pas supportable, mais mes visions étaient si charmante à l'oeil, je ne pouvais pas m'en lasser, j'étais en pleine extase, j'étais sur que je bavais, mais je ne le voyais pas, en même temps avec toutes les couleurs, je ne me rendais compte de rien et ne voyais rien, sauf les couleurs bien sur, tout cela devait s'arrêter, je devais me réveiller à tout prix, mais rien ne se faisait, j'étais bloquée avec toute ces couleurs.

Je n'avais jamais de chance, même en dormant, j'avais des problèmes, c'était impossible de vivre comme cela, pourquoi ca tombé toujours sur ma pomme, à croire que j'étais un aimant à problème divers et variés, et le pire dans tout ca, c'est que si je l'étais vraiment, je n'aurais aucune solution pour me débarrasser de cette malédiction, enfin malédiction... Je n'y croyais pas non plus, après tout, c'était trop facile de maudire quelqu'un à distance, sans vraiment être à coté de la personne et lui faire du mal, de toute façon, si c'était vrai, tout le monde le ferais et tout le monde serait maudit, alors que la il n'y a que moi. Que faire pour me réveiller ? Que faire pour savoir où je me trouvais ? Tant de question sans réponse, ca m'énervait plus que tout d'avoir ses visions à la con !

Comment d'aussi belle couleur, d'aussi belle forme, pouvait me mettre en colère, je ne comprenais plus rien, je ne savais plus qui j'étais, j'avais tout perdu, aucune information ne circulait dans ma tête, je ne pensais à presque plus rien, et ne voyais toujours comme seul scène ces images, je sentais des larmes parcourir ma joues, je pleurais, j'étais si oppressée que même me sentir pleurer je ne le ressentais pas. J'en avais marre, je ne voulais plus voir ca, pourquoi je les voyais d'ailleurs ? Ma tête allait explosée avec toutes ses questions et avec ce que je voyais. D'un coups, la libération, j'étais libre de ma vue, la lumière de la bibliothèque m'aveuglait un peu, mais ce n'était pas grave, car j'étais libre de ce cauchemar tout en couleur.

Je me levais alors directement à la suite, mes jambes étaient toute engourdies, je m'étais donc endormie ici, mais pourquoi j'arrive à dormir n'importe où ? Car cela ne m'attirait que des problèmes, et en plus, j'étais toujours perdu, soit à cause de mon pouvoir, soit à cause d'un fait troublant venant de je ne sais où. En tout cas, j'étais libre pour aujourd'hui, enfin, je l'espérais, car j'avais suffisamment eu d'ennui pour ce jour, ou cette nuit, comme il n'y avait pas de fenêtre dans la grande salle qui était malgré tout bien éclairée, enfin bon, j'étais debout, et devais donc m'occuper, peut être que je devais lire, après tout, quoi de plus normal dans une bibliothèque, et puis au moins, le temps allait passer plus vite, et je n'allais pas m'endormir, du moins peut être.

Je marchais le long des grande étagère froide, elles étaient toutes faites de métal, la pièce était toujours sans vie, en même temps, j'étais encore seul donc pour la vie, on devait repasser plus tard. Pour l'instant, je regardais un rayon assez spéciale, c'était sur les plantes et les potagers, ca me rappelait les cours avec Maman, où elle m'apprenait l'art de la médecine par plante, mais bon, je ne m'en sert que rarement, donc pour les bouquins, je pouvais passer, je connaissais déjà bien plus que les bouquins, du moins je le pensais, après tout, je n'avais qu'à savoir les choses sur les plantes du Tokaï, et non celle du monde entier, et puis bon, vue que la moitié ne marchais pas, je n'allais pas m'encombrer le cerveau avec cela.

Je regardais les autres bouquins poussiéreux, un document venait d'attirer mon attention, c'était un livre pour savoir maitriser une épée, sur la couverture il y avait la même arme que j'avais trouvée dans la forêt, je m'étais alors empressée de l'ouvrir pour le découvrir et ainsi en connaitre plus sur mon arme. Dés la première page, il était écrit que c'était une arme rare et très prisée, et qu'il n'y restait plus que trois exemplaire dans le monde, deux étaient bloquées dans des musées en France et en Chine, la troisième était quant à elle perdue dans un endroit inconnue, dorénavant, elle était entre mes mains, mais je ne devais le dire à personne. En tout cas, j'avais hâte de lire la suite de ce document, je tournais délicatement la page, pour découvrir avec stupéfaction une chose bien étrange, j'étais moi même très étonnée.

L'arme avait des pouvoirs assez magique apparemment, elle pouvait prendre l'élément et, par exemple, si je maitrisais le feu, je pouvais l'enflammer, mais bon, pour l'instant, je ne pouvais pas, quoi qu'elle pourrait très bien m'aider avec la poussière de craie, d'après le livre, je devais placer mon pouvoir dans l'opale de l'arme, et l'activer, pour l'activer je n'avais juste qu'à utiliser mon pouvoir, mais comment faire quand on a un pouvoir qui s'active sans le vouloir... Je devais trouver quelque chose pour l'actionner manuellement, mais quoi ? Peut être qu'en appuyant sur l'opale cela marcherait, mais bon, je ne pouvais pas le tester ici, je devais donc essayer pendant un combat et voir si cela fonctionne. Enfin bon, je devais découvrir le reste de ce document, car je n'avais lue que deux pages et j'en avais déjà apprise beaucoup sur mon arme.

Je feuilletais alors le reste de l'ouvrage consacré à mon épée, elle avait un nom, c'était bizarre, mais au moins, j'allais connaitre le pseudonyme de cette arme, elle s'appelait l'épée de Nacre, un jolie nom pour une bien belle arme, ca tombait vraiment bien, même si, ceux qui allait gouter à la lame s'en foutaient royalement, mais, au moins, je le savais pour ma culture personnelle. Sur certaine page, il y avait la description de certaine posture de combat à prendre avec l'arme, une posture avait retenue mon attention, c'était une posture assez complexe qui permettait de porter des estocs, c'était parfait pour un combat rapide ou je pouvais mêler ma rapidité, mon agilité, et une esquive parfaite, enfin, parfaite, c'était un bien grand mot, mais au moins, j'allais savoir me défendre ainsi que mieux porter mes coups avec elle.

Je posais avec calme le livre, pourtant, j'étais assez nerveuse d'apprendre à manier mon arme, je posais alors délicatement ma main sur la paume de l'épée et la sortait de mon dos, je l'avais sortie d'une main, elle était assez légère, c'était un très bon point pour ses futures utilisation. J'avais les yeux rivées sur le manuel, je devais fléchir ma jambe de droite, et positionnais mon autre jambe de façon à l'étirer au maximum, mon bras portant l'arme était au dessus de mon épaule, la lame vers le haut avec une légère inclinaison vers le bas, mon second bras était lui, libre, je pouvais alors embêter l'ennemie avec en le charriant, mais bon, je n'étais pas comme ca, mes yeux sur le manuel une nouvelle fois, je lisais une fois de plus le bouquin, je devais alors tenter une estoc dans le vide pour voir puis, essayer une esquive et enfin une parade.

J'étais toujours dans un petit état de stress, mais toujours en position de combat, je devais donc porter une estoc dans l'air, d'un coup, mon bras s'actionna pour fendre l'air et ainsi porter l'estoc, j'avais réussie la première étape, j'étais contente, et plus sur de moi vis à vis de l'arme. Je devais tout faire pour savoir l'utiliser correctement, pour ne pas avoir l'air crétine, et donc, je m'appliquais du mieux que je le pouvais, je devais à présent faire une esquive, facile, je faisais plusieurs petit saut en arrière et bougeais mon bassin de droite à gauche pour éviter des coups que j'imaginais, j'avais encore facilement réussis, maintenant, je devais former dans mon esprit des attaques pour faire des parades, et ainsi contre attaquer directement à la suite, je devais donc me mettre en condition pour faire marcher mon pouvoir mental.

Je m'étais calmée un peu plus, je pouvais donc commencer, je m'imaginais alors un opposant m'attaquant de face en portant plusieurs coups, j'esquivais, puis, avec mon armes, je bloquais son attaque et faisait bouger l'arme de l'adversaire dans diverse position, je pouvais donc effectuer une contre attaque, j'en profitais alors pour faire une estoc suivie d'une esquive et enfin d'un coup latéral traversant le corps de mon opposant imaginaire, j'avais réussie une fois de plus, mais maintenant je devais me reposer, enfin me calmer plutôt, car je m'étais mise dans un état de tension, je rangeais délicatement mon arme pour ne pas me faire au mal au dos, et continuais ma route dans la bibliothèque en prenant bien soin de ranger le bouquin sur moi dans mon sac, je passais d'étagère en étagère en remarquant la luxure du bâtiment.

Après quelques minutes de marches, j'étais arrivée prés d'une étagère en bois ancienne, c'était bizarre, car toutes les autres étaient faites en métal, alors que la non. Je voulais voir ce qu'il y avait mais, il y avait trop de poussières dessus et ne voyais presque rien, je soufflais alors dessus légèrement, mais aucune trace de titre, je prenais donc à la suite toute l'aire possible en gorge pour le souffler sur le meuble, cela allait avoir une mauvaise conséquence, car la poussière était en faite de la craies et donc mon pouvoir c'était une fois de plus activé, je tombais en arrière sur le sol froid de la bibliothèque et voyais diverse couleurs, encore ses couleurs, j'oubliais peu à peu où je me trouvais pour passer dans un autre monde...
Revenir en haut Aller en bas
Rihlan Trenson
Chef du clan Shiroï
Chef du clan Shiroï
Rihlan Trenson


Feuille de personnage
Espèce: Humain
Niveau: 11
Clan: Shiroï

Un petit coup de poudre... Empty
MessageSujet: Re: Un petit coup de poudre...   Un petit coup de poudre... Icon_minitimeSam 23 Jan - 4:10

La nuit était froide, très froide... Trop pour le chef des Shiroï qui était de mauvaise humeur. Le manque de sommeil, les déplacements incessants et les multiples informations en tête gravitant autour des points vitaux du clan, et dépendant de sa bonne maîtrise des "fils" de cette organisation commençait à l'épuiser, le mettre à bout.

Il voulait prendre véritablement du repos, une bonne dose de sommeil relaxant même dans son siège de bureau... Ou pire encore dans sa vieille voiture. Qu'importait l'heure et le lieu, il lui fallait s'arrêter, faire une pause... Mais son réseau avait bougé, et on l'avait contacté pour une affaire "juteuse", un gros truc apparemment qui serait très intéressant pour lui. Une info peu facilement vendable, mais qui pouvait trouver acheteur chez lui paraissait-il.

Ca sentait mauvais... Et franchement, il était dans un tel état que si c'était quelque-chose d'inutile, de peu intéressant ou pire qu'il avait déjà, il risquait de démolir le gars, lui faire imploser le crâne avec son pouvoir... A l'ancienne!

Mais non, il fallait qu'il se contrôle!


Ses jointures blanchissaient sur le volant de sa voiture, une typé américaine dont il avait oublié le nom, mais qu'il aimait beaucoup malgré l'inconfort apparent et la maniabilité d'un paquebot arrimé au port. Il respira un bon coups, prenant la direction de la bibliothèque par un de ses raccourcis préférés, où il savait qu'à cette heure il pouvait accélérer plus que d'habitude sans trop s'inquiéter. Ce genre de ruelle était presqu'impratiquable pour les piétons s'il y avait une voiture, et vu le manque de recoins et de virages, il était sûr de voir toute masse étrange à distance.
A dire vrai, il avait déjà utilisé cette ruelle pour quelques embuscades bien pensées par le passé... Des immortels la plupart du temps. Avec un bon appât, la cible se retrouvait dans une véritable séance de tir au pigeon, particulièrement s'il utilisait son pouvoir qui résonnait particulièrement bien sur ces murs.

Il se remémora une partie du passé, ses propres activités illégales, les années où il était véritablement sur le terrain à botter le cul des racailles lorsqu'il n'avait pas d'affaires en cours... Puis le réseau avait progressé, ses gains aussi, ses disponibilités avaient de plus en plus diminuées, tout comme son athlétisme d'antan. Et puis était venu le temps de son "absence" qui empira les choses.

Il soupira, chassant immédiatement le sujet taboo de sa tête, repensant à sa jeunesse presqu'exemplaire... Du moins en terme de santé, de profits et d'épanouissement. Pendant tout le trajet le sujet lui fit ignorer le temps qui passait, et lui permis d'ignorer sa fatigue et sa mauvaise humeur. La bibliothèque était enfin en vue, entourée d'une sorte de tout petit parc, un jardinet presque, mais qui permettait de le détacher de la masse informe des autres bâtiments miteux de Tokaï.

Il voyait déjà la silhouette sombre, macabre même, du contact qui l'avait appelé. C'était un de ses informateurs les plus en marge de son réseau, et qui était un véritable revendeur d'information à l'identité presque mystérieuse tellement il savait occulter les choses sur sa vie. Peut-être un des grands cerveau de l'information à Tokaï. Il avait déjà estimé au jugé de la justesse de ses marchés et de ses arguments le fait qu'il avait une petite fortune, et un pouvoir mobilisable capable même de frapper de plein fouet les fondations du pouvoirs de Rihlan. Un homme dangereux, en bref.

Après s'être garé et avoir envoyé le signal corporel expliquant que tout était OK, il s'approcha, et commença à parler avec l'homme. Quelques mots suffirent pour engager le dialogue, le superflu étant vraisemblablement ennuyant pour cet homme.
En bref, une lame très rare, presque mythique, s'était retrouvée à Tokaï entre les mains d'une jeunette étrange, semblant presque droguée. La lame et la petite fille avaient été déplacées à la bibliothèque, vide à cette heure-ci, pour l'échange d'information.

En échange de ce service, Rihlan du payer un prix étrange: Une information d'importance assez banale mais dure à trouver, un prix en cash... Et une promesse de ne pas revendre l'arme. Cette dernière clause le rendit très réticent vu le prix estimé, mais on ne pouvait débattre avec cet homme... Le prix était d'ailleurs dérisoire par rapport à l'information, la jeune fille et l'épée elle-même... Et Rihlan ne voulait pas perdre cet homme dans son réseau.

L'échange fait, chacun des deux hommes acquiesça avant de prendre une direction différente de l'autre. Le chef de clan des Shiroï entra dans la bibliothèque en quête de cette jeune fille droguée et de son précieux trésor. L'intérieur du bâtiment rappelait le maigre âge d'or de Tokaï, vers la fin de la révolution industrielle où les minerais des montages de la ville étaient encore exploitables, et où le port était assez grand et aux normes pour charger quelques cargaisons. A l'époque, on pouvait encore se permettre de tout miser sur la culture de Tokaï en politique, on avait appâter l'électeur à coups de bâtiment somptueux et bien fournis sur l'étranger notamment... Un étranger devenu ensuite inaccessible, après la Grande Dépression... Tokaï est devenue dès lors une ville un plus ou moins mort-vivante. Non pas que les immortels n'y étaient pas déjà nombreux, on dénombrait des traces de clans logeant ici depuis presque la fondation de Tokaï, mais la ville elle-même était devenue un peu "engourdies", la population devenant peu à peu comme abrutie, hébété tout le temps...

Triste fin pour la ville de son coeur. Une ville qu'il allait relancer... Du moins assez pour qu'elle reparte un peu, mais pas trop pour qu'elle devienne incontrôlable...

Ses pensées l'occupait plus ou moins alors qu'il cherchait dans l'obscurité la jeune fille probablement endormie contre une table. S'approchant des tables, il s'appuya contre l'une d'elle pour se baisser afin de vérifier qu'elle n'était pas au sol, et eu la désagréable sensation d'avoir mouillé sa main... De la bave ?

Elle s'était probablement réveillée, et sa part du marché se faisait certainement la malle... Il accéléra le pas pour trouver parmis les étagère... Et manqua de trébucher sur quelque-chose, s'étalant de tout son long sur la moquette qui absorba la majeure partie du bruit.

*Et... MERDEUUUUUUUUUUUH!*


Il cria intérieurement... Qu'est-ce que ça pouvait être ce foutu truc sur quoi il avait trébuché ?

Il se releva, et tâta pour trouver l'objet en question... Et manqua de se couper sur la lame délicatement ciselée!
Continuant son inspection, il trouva du tissus et de la peau... Il remonta pour savoir où il était avait de se figer de torpeur en comprenant qu'il était "un peu" là où il n'était pas sensé être!

Au moins, il savait désormais que c'était bien la fillette... Mais il était trop vieux pour ça!
Soupirant, l'envie d'une clope, il tourna la jeune fille sur le dos, remarquant qu'elle dormait comme une masse... Ou plutôt comme une droguée, remuant et parlant plus ou moins... Bavant certainement aussi d'ailleurs...

Rihlan ramassa l'arme, puis amena la possesseuse de l'arme contre une des rangées de bibliothèque pour la mettre assise.

"Jeune fille, tu m'entends ? Hého ?

Pffffff..."


S'il n'y avait pas de capteur de fumée et si elle n'était pas si jeune, le trentenaire de mauvaise humeur se serait allumé une cigarette pour résister à l'envie de s'allonger à côté d'elle pour lui aussi dormir un bon coups... Mais bon, ce n'était pas le moment... Il prit avec une délicatesse presque sensuelle la jeune fille dans ses bras et l'amena tout doucement jusqu'à une des tables de lectures et la fit s'assoir sur une chaise.

Elle ne broncha quasiment pas... Etait-elle véritablement en train de dormir ou était-elle vraiment droguée ?

Il approcha son visage du sien pour qu'elle capte mieux ce qu'il allait lui dire. Cette proximité lui permit de mieux contempler le visage de la gamine qu'il avait en face de lui. Un charmant minois pensa-t-il... Sa fatigue laissant même quelques pensées plus ou moins nobles s'insinuer dans son esprit. Secouant la tête, il fit un peu plus fort que tout à l'heure:

"Jeune fille... Il faut se réveiller, c'est pas trop l'endroit pour dormiiir!"

Ce soir... Baby-sitting ? Rien que l'arrivée de cette idée dans son esprit lui rappela à quel point il avait envie de se coucher, après avoir fumé un bon coups.
Revenir en haut Aller en bas
Akage Mai
Humain
Humain
Akage Mai


Feuille de personnage
Espèce: Humaine
Niveau: 4
Clan: Shiroi

Un petit coup de poudre... Empty
MessageSujet: Re: Un petit coup de poudre...   Un petit coup de poudre... Icon_minitimeSam 23 Jan - 17:23

Les couleurs changeaient du tout au tout pour devenir plus terne, je voyais alors des petits point de couleur vif danser parmi les tâches terne du fond, j'étais perdu, je ne savais plus, je m'amusais peu à peu à essayer d'attraper les petits points, bien sur, c'était peine perdu, mais je le faisais quand même, comme si les petits points m'attirais, c'était de plus en plus bizarre, mais ca me changeais des couleurs vifs que je voyais depuis quelques temps. J'essayais quand même de me réveiller, mais je n'y arrivais pas, j'essayais de penser à autre chose, ce qui avait eu pour effet de bouleverser tout ce que je voyais, les couleurs ternes venaient de prendre la forme d'un fond de tableau dévoilant la montagne, et les petits points de couleur vif eux, c'étaient transformés en éclairage divers, c'était vraiment beau, je voulais me balader ici, mais je ne pouvais pas bouger, je n'étais que spectatrice des méandres de mes visions.

D'un coups, je sentais une légère douleur sur mes cottes, comme si on m'avait donné un coup de pied, puis, après plusieurs secondes, je sentais comme une main se poser sur mon sexe, je me demandais vraiment quoi, quelqu'un voulait peut être me violer, ou alors... Non, ce n'était que mon rêve, je faisais tout pour m'en persuader, je ne voulais plus revivre ce que j'avais vécue, je ne pouvais pas, depuis le temps, je n'avais eu qu'un seul rapport sexuelle, et c'était celui ci, je ne voulais pas subir de nouveau ces sévices. Je ne sentais plus rien, j'étais soulagée, mais je restais vigilante, même si pour l'instant, je ne voyais qu'une montagne avec des lumières et une sorte de lac vers le centre coulant vers un forêt, occupant un bon quart du paysage que je voyais, je voulais toujours sortir de mes visions, mais j'avais du mal, je n'y arrivais pas, pourtant, j'utilisais toute ma volonté, mais ce n'était pas assez à cause de la craie que j'ai reçu dans les narines.

En plus de mes visions, je m'étais mise à entendre des paroles, jeune fille que l'on me disait, mais pourquoi ? C'était bizarre, je n'aimais pas, car à chaque fois, cela signifiait que quelqu'un était prés de moi et qu'il pouvait donc, faire ce qu'il voulait de mon corps, je sentais mes joues se mouillaient, j'étais en train de pleurer, si l'hôte était sympathique, il allait se poser quelques questions, mais bon, je ne pouvais pas m'empêcher de verser quelques larmes, je repensais à mon viol, à la mort de ma mère, je voulais me réveiller, mais je n'y arrivais pas, je devais donc me laisser guider parmi mes visions. Mes visions ne changeaient toujours pas, je me forçais mentalement comme dernièrement, mais rien ne ce faisait, à croire que c'était le fruit du hasard, moi qui croyais que j'allais bientôt contrôler ce que je voyais, je m'étais trompée, comme à mon habitude, je n'avais vraiment pas de chance.

Je me sentais alors me faire déplacer, je ne savais pas comment, mais même dans ma vision, je bougeais, à croire que j'arrivais à faire sa par la seul force de mon mental, mais non, je ne devais pas penser à cela, ca aller encore m'occasionner une fausse joies, et je ne voulais pas, je me disais alors que la personne me déplaçais, mais comment faire confiance à quelqu'un qui pourrait abuser de nous et après faire comme si rien ne c'était passé, je devais faire attention à moi, et tout faire pour ressortir des méandres de ces illusions, et au plus vite ! Je me forçais, plissant les yeux, enfin, mentalement, je me comprenais de toute façon, donc je me forçais, et faisais tout pour sortir de cela, voir la réalité, voir ce qu'il ce passait vraiment dans la bibliothèque, enfin... Si j'étais encore la bas, car on aurait très bien pu m'emmener dans un endroit, m'enfermer, et me violer par de nombreuses personne...

Je ne devais pas y penser, mais je devais quand même, pourquoi ? Car cela allait me donner la force de me battre contre ces satanées visions, je devais me réveiller au plus vite, je visualisais toute mon enfance, le viole que j'avais subie, la mort de mes parents, d'un coup, j'ouvrais les yeux, la première chose que j'avais remarquée était l'absence de mon arme. Même pas le temps de voir l'homme, je reprenais mon épée rapidement, puis je retombais sur la chaise, c'était la fatigue, j'avais les jambes engourdies, je regardais calmement l'homme, je ne savais pas quoi lui dire, c'était une trentenaire, je ne devais pas lui manquer de respect, mais il m'avait toucher mon intimité, je me posais trop de question sur lui, je ne pouvais pour l'instant pas lui faire confiance, je voulais le menacer avec ma lame, mais mes bras engourdies pendaient dans le vide, tenant l'arme avec mon reste de force.

Je m'étais beaucoup trop battue contre ce que je voyais, je faisais le maximum pour rester sur mes gardes, même si je savais que cela ne servirait à rien, je ne pouvais pas me protéger, il pouvait faire ce qu'il voulait de mon corps, surtout que mes craies étaient tombées, je ne savais pas où elles étaient, elles avaient dues tomber à terre lorsqu'il m'avait porté, je devais tout faire pour les récupérer, mais je ne devais pas non plus lui manquer de respect et donc me présenter, mais j'avais encore l'esprit tout embrouillé, je ne savais d'ailleurs toujours pas où je me trouvais, mes yeux étaient encore trop faible pour visualiser la scène, je n'avais vue que mon arme et cet homme. J'avais la tête qui tournait, mes yeux étaient à l'envers, enfin, ce n'est qu'une expression, mais c'est ce que je ressentais, je bougeais alors avec difficulté mes lèvres, j'essayais de parler, j'allais y arriver mais faiblement.


"Enchantée... Je suis... Akage... Mai. Akage... Je suis où ??? .... J'ai mal à... la tête.... Vous êtes... qui ? .... Je ne sais .... plus ... je me sens.... perdue... Piégée... Pourquoi avez... vous... prit mon... épée ? .... Et pourquoi.... vous m'avez .... caressé mon .... intimité ???"

Je n'en pouvais plus, je ne parlais plus d'ailleurs, ma tête c'était écroulée vers l'avant, mes pupilles étaient rougeâtre et me piquaient, je ne savais plus rien de cet endroit, de ce que je faisais ici, je ne me rappelais que des cours d'escrime en quelque sorte, grâce à un bouquin, mais d'aucune autre chose ici, je n'en pouvais plus, je voulais pleurer, mais je ne pouvais pas, j'étais mal, je ne voulais pas qu'il me trouve faible et en profite donc pour m'attaquer. J'étais prisonnière de moi même, de mon pouvoir, je n'arrivais plus à supporter cela, je devais me calmer, mais avec quoi ? Je n'allais pas reprendre de la poussière de craie pour cela ? Après j'allais encore tomber, et je ne pourrais plus me lever par la suite, et en plus, dans tout cela, je me ferais peut être violer par cet homme étrange, mais pourquoi voulait il mon épée lui aussi ? Et pourquoi m'avait il touchait mon intimité !

Je ne supportais pas cela, mais je devais me calmer malgré tout, et je devais aussi lui parler plus normalement, car la j'étais vraiment au fond du gouffre, mais à quoi penser quand on à eu une vie pourrie ? Je ne pouvais rien faire, je devais prendre sur moi, je faisais bousculer lentement mes bras d'avant en arrière, mes jambes aussi, faisant parfois quelques rond, je devais me mettre en forme par moi même, l'autre n'allait pas m'aider de toute façon, après cinq minutes de calme, enfin de calme, je ne l'avais pas écoutée depuis cinq minute en même temps, mais je me sentais plus calme et plus forte. Je rangeais alors délicatement mon épée dans mon dos, me levais calmement, avec du mal c'est vrai, mais, c'était déjà beaucoup mieux qu'au début, et puis au moins, j'avais trouvée que nous étions dans la bibliothèque, mais cela ne m'aidait pas non plus à revoir les choses que l'on ma faite durant mon séjour sur le sol.

Je me postais sur mes deux jambes, regardant l'homme droit dans les yeux, mes iris piquaient légèrement, mais beaucoup moins que toute à l'heure, au moins je saurais me protéger si il m'attaquait, enfin, pour l'instant, il n'avait pas l'air vraiment agressif, et il affichait même plutôt un visage amical, mais je devais tout de même me méfier de lui, on doit toujours ce méfier de ce qu'il y a autour de nous, même si ce qui à autour à un belle aspect, ils sont peut être pourries de l'intérieur, comme ce satané vampire ! Mes yeux étaient devenues quelques peu agressif, mais je gardais un léger sourire pour qu'il ne fasse pas attention à mon regard méchant, de toute façon, il était bien plus fort que moi, donc bon, si c'est pour qu'il essaye de me violer, au temps ne pas prendre de coup et se laisser faire, j'en avais marre de toute façon, je me demandais quand même toujours pourquoi portait il mon arme sur lui.

Je le regardais alors avec de grand yeux, beaucoup plus amicaux que précédemment, je devais lui reposer les même questions, je devais aussi m'excuser de ne pas l'avoir écouter, en faite, je devais directement m'excuser, je devais parler, mais ma bouche refusait d'agir pour l'instant, je ne savais pas pourquoi, mais elle ne voulait pas bouger, je me forçais comme d'habitude, mais aucun son ne sortait, je m'étais donnée deux coup sur le haut de mon torse, toussota un peu, et m'apprêtais à lui dire enfin, à lui poser toute les questions, mais comme si je n'étais pas préparée, je ne sortais toujours aucun son, je savais, j'avais la gorge desséchée. Je sortais alors un petit flacon d'eau, et bue le liquide d'une traite, je replaçais mon flacon dans ma poche, le regardant toujours, je lui disait calmement, mais avec une allocutions parfaites, sans bégayer, sans faiblesse, sans tremblement, avec une intonation parfaite.


"Je suis désolée de mes propos quelques peu... Louche, mais je m'étais évanoui au sol, et donc j'ai eu un peu de mal, j'étais perdu, mais bon, je me présente, je suis Mai, Mai Akage ! A qui ai je l'honneur monsieur ? Et aussi, pourquoi aviez vous mon armes ? Et pourquoi aviez vous touché mon intimité ? Je n'aime pas que l'on touche à mes affaires, et encore moi à mon intimité !"

Bon, c'est vrai, j'avais mentie à cet homme, mais je ne voulais pas qu'il sache mes pouvoirs, et je ne voulais pas qu'il ce pose des questions étrange sur moi, je voulais juste qu'il réponde à mes question, j'avais confiance en lui sans avoir confiance, c'était normal en même temps, c'était un adulte, donc il devait monter l'exemple, mais c'était aussi un inconnue, donc il pouvait très bien me violer, ou me tuer. Je posais alors délicatement mes doigts sur le pommeau de l'arme, prête à attaque au moindre faux pas de mon invitée surprise. Je le regardais toujours un peu méfiante, mais toujours souriante, ca pouvait peut être paraitre bizarre pour lui, mais c'était comme ca, tant qu'il ne me montait pas qui il était vraiment, je serais méfiante, et je ferais attention à chacun de ses gestes, à chacune de ses paroles, après tout, je ne savais pas qui il était et ce qu'il avait quand j'étais au tapis, perdu dans mes songes.
Revenir en haut Aller en bas
Rihlan Trenson
Chef du clan Shiroï
Chef du clan Shiroï
Rihlan Trenson


Feuille de personnage
Espèce: Humain
Niveau: 11
Clan: Shiroï

Un petit coup de poudre... Empty
MessageSujet: Re: Un petit coup de poudre...   Un petit coup de poudre... Icon_minitimeSam 23 Jan - 19:26

Non pas qu'il détestait spécifiquement les gosses, mais ça c'était trop pour lui... Il n'en avait plus la force. Si seulement il pouvait dormir tranquillement plus de 10 minutes! 5 même!


Rihlan avait laissé l'épée sur a table pour pouvoir s'occuper rapidement de la gamine... Ce fut peut-être une mauvaise idée, vu comment elle se jeta dessus comme une forcené, manquant de s'empaler dessus... Au vu de son état, il ne préféra même pas trop l'approcher pour ne pas qu'elle tente un mouvement stupide ou dangereux. En bref, pour éviter qu'elle fasse quoique ce soit vu comment elle avait le cerveau qui se noyait dans ses délires... La drogue certainement...

"Enchantée... Je suis... Akage... Mai. Akage... Je suis où ??? .... J'ai mal à... la tête.... Vous êtes... qui ? .... Je ne sais .... plus ... je me sens.... perdue... Piégée... Pourquoi avez... vous... prit mon... épée ? .... Et pourquoi.... vous m'avez .... caressé mon .... intimité ???"

Si le trentenaire surmené avait été plus en forme, il se serait peut-être frappé, tellement il se sentait dans un bon vieux problème bien gluant et pâteux, qui allait encore le ralentir et le fatiguer à s'en dépêtre... Pour pas grand-chose. Il continua d'observer cependant la gamine en train de plus ou moins sombrer à nouveau dans son délire...

Il commença à se baisser pour l'aider quand elle sembla reprendre ses esprits, et qu'elle se mit debout d'elle-même, sa conscience -Enfin!- retrouvée... Mais au vu de son regard plein de méfiance, colère peut-être même, et de crainte, il comprit qu'il n'avait pas intérêt à l'approcher ou à faire quoique ce soit, elle était prête à "exploser" visiblement... Et il ne voulait pas se retrouver pris dans la déflagration si c'était lui qu'elle déciderait de frapper.

Prenant son assurance à deux mains, le défiant presque du regard, la jeune femme commença alors à reprendre ses propos:
"Je suis désolée de mes propos quelques peu... Louche, mais je m'étais évanoui au sol, et donc j'ai eu un peu de mal, j'étais perdu, mais bon, je me présente, je suis Mai, Mai Akage ! A qui ai je l'honneur monsieur ? Et aussi, pourquoi aviez vous mon armes ? Et pourquoi aviez vous touché mon intimité ? Je n'aime pas que l'on touche à mes affaires, et encore moi à mon intimité !"

Le chef de clan reconverti en babysitteur soupira longuement, réfléchissant à la meilleure façon d'aborder cet épineux et surtout fatiguant problème. Trop fatigué, il décidé de faire simple et de dire la vérité et gentiment... Ou presque, n'arrivant pas à totalement se contrôler:

"Je suis Rihlan Trenson, enchanté, jeune fille... Pour votre information, vous êtes dans la grande bibliothèque de Tokaï, en plein milieu de la nuit, armée et récemment inconsciente sur le sol... Alors calmez-vous un peu ma petite!

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais il fait quasiment nuit noire entre les rayons qui ne sont pas éclairés par la Lune, alors j'ai "un peu" trébuché" sur votre dangereux joujou, et j'ai eu "un peu" de mal à reconnaitre où étaient les pieds des mains dans cette foutue obscurité... Sans le vouloir, disons que je me suis aventuré vers des endroits que je ne voulais pas...

Ca vous va ?"


Rihlan serra la mâchoire, les yeux furibonds, ayant une impitoyable envie de s'en aller et laissant la jeune fille suivre sa propre route, route qui finirait immanquablement par être barrée par des vermines qui s'en donneraient à coeur joie de son corps et de son sang, pour ne laisser qu'un cadavre défiguré... Et ce n'était pas sa petite lame qui lui permettrait de survivre à ça... Et ce serait du gâchis de laisser une telle somme partir dans la nature... Et puis... Aurait-il vraiment le cran de le faire ?

Les raisons commençaient à s'accumuler dans l'esprit du chef des Shiroï, lui rappelant qu'il n'était pas comme ça, et que ce serait vraiment cruel... Et puis ce serait tout l'inverse de ce que dictait sa philosophie du "recyclage"... Tout utiliser, que rien ne se perde!

*J'en ai vraiment marre... Laissez-moi rien qu'une pause clope pour souffler, grrrrrr!*


Oui, Rihlan Trenson, récent chef de l'Organisation des Shiroï, marchand et négociant accompli, athlétique trentenaire marié et on en passe, se prenait la tête avec une simple gamine, même si celle-ci était entourée de mystères...Dans son esprit, c'en était presque pathétique, et lui rappelait ces films de seconde zone plus ou moins drôles... Bref, une situation véritablement, horriblement, méchamment horripilante

Il soupira de dépit.
Revenir en haut Aller en bas
Akage Mai
Humain
Humain
Akage Mai


Feuille de personnage
Espèce: Humaine
Niveau: 4
Clan: Shiroi

Un petit coup de poudre... Empty
MessageSujet: Re: Un petit coup de poudre...   Un petit coup de poudre... Icon_minitimeDim 24 Jan - 1:05

Cet homme me disait quelque chose, je ne savais pas où je l'avais vue, mais bon, je ne devais pas y penser pour le moment, en tout cas il semblait être en manque de quelque chose, peut être de cigarette ou de drogue... Mais bon, je n'allais pas le juger, surtout avec le pouvoir que j'avais qui était plus que louche pour les non initiés, je ne savais plus trop quoi penser de lui en tout cas, j'étais encore perdue, il se nommait Rihlan, Rihlan Trenson, son identité résonnait dans ma tête, comme pour me signaler un rappel, mais je ne preffèrais toujours pas y penser. Je ne cessais pas de regarder ses yeux, il semblait quelque peu en colère, peut être de ma faute, en tout cas, il avait répondu à toutes mes questions, j'étais contente, car je savais ce qu'il était arrivé, et au moins, il avait était très franc, je commençais d'ailleurs à l'apprécier, et à lui donner un peu de ma confiance, ce n'était pas un mal, il m'avait tout dit, et ne m'avait rien fait de mal.

La seul chose qu'il manquait à son discours, c'était des excuses, il aurait pu m'en faire, c'était normal pour quelqu'un qui a, même accidentellement, posé sa main sur mon antre à plaisir, enfin, j'étais quand même contente de ne pas avoir prise de plaisir lors de cet attouchement, c'est vrai, c'est un bien grand mot pour si peu, mais c'était tout comme. Enfin bon, j'allais oublier rapidement toute cette histoire, car bon, il ne l'avait pas fait exprès, je devais peut être lui demander quelque chose, mais je voulais avant tout me rappeler où je l'avais déjà vue, je n'aimais pas avoir cette impression de déjà vue sans pouvoir mettre le nom d'un endroit précis sur lui, même en utilisant toute mes facultés mentale, je n'y arrivais pas, je voyais une image voilée, mais bon, ce n'était pas trop grave pour l'instant, même si ce problème m'embêtait quelque peu, après tout, c'était mon pouvoir et si il n'allait plus cela aller poser problème pour le futur.

D'un coups, l'envie de cigarette s'interposa dans ma tête avec mes pensées, je devais donc fumer, mais avec les trois détecteurs qu'ils y avaient dans la bibliothèque, ca allait être plus que difficile, je devais donc les arrêter, mais comment ? Le premier était juste au dessus de nos tête, le second était contre un mur, et enfin, le troisième était au dessus de la porte de sortie, pour les deux dernière, je pouvais simplement les couper en retirant les petits câbles qui ressortaient des installation, pour la première, ca allait être un peu plus dur. Je regardais autour de moi, et pensais à quelques acrobaties à effectuer pour la détruire, bien sur, je shematisais les diverses positions dans ma tête, avec mon pouvoir, mais ce n'était vraiment pas une bonne idée, je devais donc réfléchir à autre chose, du regard, j'effectuais un nouveau tour de la salle, je regardais les chaises qui semblaient facilement empilable, je venais d'avoir mon idée pour détruire le dernier système.

Je passais sur le coté gauche de Rihlan, sans le toucher, sans le pousser et prenais une chaise pour la poser sur la table qui était à coté de nous, puis, je prenais celle où je m'étais assise il y a peu, pour la mettre à l'envers sur la première chaise déjà posée. C'était bon, je pouvais atteindre l'installation anti-incendie, la table était haute, et les deux chaises aussi, je devais donc m'appuyer sur les bouts des meubles pour grimper, malheureusement, Rihlan aura une vue plongeante sur ma petite culotte, j'espérais qu'il n'allait pas avoir une envie de viol quand il la verra, mais bon, je pouvais lui faire confiance, si il voulait me violer, il l'aurait fait depuis longtemps. Je grimpais alors rapidement la table, bien sur, le trentenaire avait une vue sur mon sous vêtement, mais, je n'y faisais pas attention, il pouvait même regarder ma petite culotte, il faisait ce qu'il voulait avec ses yeux bien sur, je continuais pendant ce temps la mon escalade vers le premier engin.

D'un coup d'épée, le détecteur de fumé tombait, j'en avais détruit un, plus que deux, l'homme devait quand même ce demander ce que je faisais, mais à la fin, il aura une bonne cigarette. Je m'étais mise à sauter dans le vide, me rattrapant par une roulade pour ne pas me faire mal, et me dirigeais alors calmement vers le deuxième engin qui était contre le mur de la bibliothèque, non loin de nos place. Une fois devant, j'enlevais les deux petits files qui dépassaient du mur, la deuxième alarme anti-incendie venait d'être décimée. Mon regard ce posait alors vers Rihlan, qui devait toujours se demander ce que je faisais, mais, je ne m'attardais pas sur lui, je regardais le dernier système encore vivant, mais, il allait bientôt s'éteindre. Je m'étais alors, d'un coups, mise à courir vers la porte d'entrée, et je sautais sur le haut du mur, en prenant bien soin de m'attacher aux deux petit files qui dépassaient, voila, je pouvais dés à présent fumer.

Une fois à terre, je me relevais, avec un peu de mal, et marchais en direction de Rihlan, un peu vacillante, j'avais eu un peu de mal lors de mon atterrissage, mais rien de grave apparemment. J'étais à présente à une trentaine de centimètre du trentenaire, je le regardais droit dans les yeux, tout en sortant un paquet de cigarette de ma poche par ma main droite, j'ouvrais le paquet et le présentais à mon nouvelle ami en quelque sorte. Il la prenait, sans se faire prier, et je lui allumais à la suite, je faisais de même pour moi, je savourais ma cigarette, que j'avais d'ailleurs bien méritée, je m'amusais alors à faire des ronds de fumés. Mes yeux toujours sur Rihlan, le regardant, je ne disais toujours rien, essayant de me rappeler de la dernière fois où je l'avais vue, mais aucun lieu ne me revenait, cela m'embêtais de plus en plus, mais bon, la cigarette m'aider gérer, d'ailleurs, je prenais mon temps de la fumer, j'avais tout mon temps après tout.


J'avais trouvée pourquoi je ne m'étais pas de lieu sur notre dernière rencontre, c'était vraiment con, en faite, je l'avais vue sur une sorte d'affichette, c'était le chef d'un clan humain, qui avait un but tout à fait honorable, je poussais d'ailleurs un souffle de soulagement en me rappelant de ca. Je devais lui dire que je le connaissais, et que donc, son clan m'intéresserait peut être, mais je devais quand même le faire languir, mon regard continuait alors de le scruter, maintenant que j'y pensais, c'était vrai qu'il avait l'allure d'un chef né, en même temps, c'était un leader. Je me rapprochais de quelques centimètres, il semblait allait beaucoup mieux, peut être avec la cigarette, en parlant de cela, j'avais fini la mienne, je jetais donc le mégot dans la poubelle qui était vide, proche de nous. Je devais à présent lui dire ce que je voulais tout lui dire, calmement et gentiment, je m'étais remise de ce que j'avais eu cela allait être un discours parfait.

"Rihlan donc... Enchantée toi le chef des Shiroi, je suis très honorée de vous connaitre, j'espère que la cigarette vous à fait le plus grand bien, d'ailleurs, c'est pour cela que j'ai pris la précaution de détruire ces fichus détecteurs. Enfin bon, je suis vraiment désolée de vous avoir questionnez comme cela, et je vous remercies de m'avoir posée sur un siège et de ne pas m'avoir laissé à terre, comme une serpillère. Sinon, que faite vous ici ? Vous me recherchiez pour votre clan ? Ou alors vous recherchiez la lame... Vous devez savoir que l'un ne va pas s'en l'autre en tout cas, surtout que je trouve cette épée vraiment magnifique, et en plus, facilement maniable pour ma frêle personne, car comme vous le voyez, je ne suis pas très forte, mais je possède d'autre atouts, hihihi. J'aimerais savoir aussi, dans votre clan, vous recrutez quel genre de personne ? Car je ne sais pas, mais peut être je pourrais vous être très utile pour la recherche d'information."

A la fin de mon long discours, je soufflais un bon coups, j'avais tout sortie d'une traite, sans vraiment prendre de grosse pause, ce n'était pas dans mon habitude, mais, il fallait pour tout lui dire sans lui laisser le temps de répondre. Bien sur, je n'avais pas non plus tout divulguée, mais j'en avais dit suffisamment sur mes intentions, comme cela, il savait que j'étais intéressée par son clan, et voyais très bien que je vendais mes compétences en quelques sortes, enfin, je l'espérais, car c'était assez voyant. De toute façon, pour l'instant, j'attendais une réponse et dés qu'elle allait être donnée, j'allais lui demander d'autre chose, enfin, j'espérais que toutes ces questions n'allait pas non plus le déranger, de toute façon, j'étais calme dans mes propos, et je ne l'embêtais pas plus en même temps. C'était quand même difficile d'aborder cela avec quelqu'un de mon age, je le comprenais, mais il devait tout de même savoir que j'étais plus grande mentalement.

"En tout cas, je suis une fois de plus désolée de vous embêtez avec toutes ses questions, mais comme vous l'avez peut être deviné, je m'intéresse au clan, et donc je pose toutes les questions que je me pose pour ainsi savoir si j'aurais ma place, et si je pourrais à aider le Tokai. J'avoue ne pas connaitre le Tokai comme ma poche, mais j'ai une carte dans ma tête, enfin, je me comprend et si vous ne me comprenez pas vraiment, ce n'est pas grave, vous le saurez bien assez tôt. Je suppose que vous connaissez déjà beaucoup de chose sur moi, je me trompe ? Et j'aimerais savoir, je n'ai jamais eu vraiment d'argent... Et donc, je voudrais connaitre les soldes que je pourrais percevoir lors de mes missions d'infiltration ou autre, je sais, c'est un peu rapide comme demande, mais je prend toujours de l'avant sur ce que je veux, comme cela, pas de mauvaise surprise ! Et aussi, est ce qu'il y a des habitations à votre QG ?"

Lors de mon discours, mon regard ne cessait pas d'être de plus en plus déterminé, je voulais faire partie de son clan, je voulais protéger la ville, et les environs, pour le bien de ce monde. Je voulais servir à quelque chose, et pourquoi pas, me venger de ce maudit vampire qui avait tué mes parents et qui m'avait prit ma virginité. Je voulais que l'âme de mes parents repose en paix, sans être tourmenté, et je voulais aussi prendre la virginité du vampire, en enfonçant ma lame entre ses fesses et en le torturant ! J'étais sadique, c'était vrai, mais c'était comme ca, je ne pouvais pas supporter mes souvenirs, j'avais mal à chaque fois que j'y repensais. Enfin bon, la peur allait être bientôt fini pour moi, j'allais être féroce envers mes adversaires et amical avec mes futures amies. Mon regard plongeait dans mes anciens souvenirs, reprenait surface pour regarde Rihlan, et ainsi, faire voir que j'étais toujours présente à l'écouter.


Dernière édition par Akage Mai le Mar 26 Jan - 20:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rihlan Trenson
Chef du clan Shiroï
Chef du clan Shiroï
Rihlan Trenson


Feuille de personnage
Espèce: Humain
Niveau: 11
Clan: Shiroï

Un petit coup de poudre... Empty
MessageSujet: Re: Un petit coup de poudre...   Un petit coup de poudre... Icon_minitimeMar 26 Jan - 4:43

La gamine resta muette, le fixant d'une drôle de manière semblant en proie à un important dilemme semblant mobiliser toute son attention. Ils restèrent là pendant un moment, jusqu'à ce que cette "Akage" ne regarde en l'air puis autour d'elle avec force de concentration, comme si elle cherchait à trouver ou déterminer quelque-chose...

Pour tout dire, Rihlan se sentit un moment vexé, ignoré par une petite fille qu'il avait l'impression d'être destiné à surveiller... Cela lui fit d'ailleurs réfléchir à propos de son contact sans nom ni maître. Pourquoi le mettait-il dans une telle situation, quels étaient ses objectifs ? Une foule de questions toujours sans réponse ni même hypothèse probante se mettaient à déferler en cascade dans son esprit... A dire vrai, toutes ces réflexions lui donnaient un mal de crâne impossible, et s'il ne s'était pas assis sur le rebord de la table, il se serait certainement mis à vaciller depuis un bon moment.

La jeune fille, elle, ne le remarqua pas, trop occupée à scruter et, semblait-il, calculer quelque-chose.

Le trentenaire décida de ne pas intervenir, et de la laisser dans son délire provoqué certainement par la drogue ou quelque-chose du genre... Au pire, elle n'était pas d'un grand danger, et il pouvait la maîtriser si elle lui posait problème, même dans son état. Il avait envie de dormir... Et à défaut, il voulait fumer!

Il aurait renoncé à l'épée pour pouvoir se payer une petite pause cigarette et un bon lit moelleux... Et le temps qui allait avec, car nombre de fois où il s'était retrouvé au calme, on venait le déranger, lui demander des choses. Il avait oublié à quel point le métier de négociant était dur, et surtout découvrait la charge que devait porter un chef de clan ambitieux comme lui en restaurant ces vieilles ruines. Mais le boulot en valait la peine, et c'était déjà une bonne chose d'avoir pu prévoir la construction d'un bâtiment à l'effigie ou presque du clan qui deviendrait plus tard, il en était sûr, mythique.

Il ne s'était pas encore rendu compte que la jeune fille se mettait à empiler des chaises sur la table, jusqu'à ce qu'il ne sorte de sa bulle faites de stratégie de rentabilisation ou recyclage, d'informations délicates à manier avec précaution et efficacité et de gestion de ressources et d'hommes.

*Mais qu'est-ce qu'elle fait ?*


A peine avait-il achevé mentalement sa phrase que la jeune fille se mit à escalader avec agilité le "monument" précaire qu'elle s'était construite pour parvenir à ses fins... Lesquelles ?
Un rapide coups d'épée lui permit de l'apprendre: Elle détruisait les détecteurs de fumée un à un, manquant de tomber même afin d'atteindre cet étrange objectif.

"Une incendiaire en herbe ?"


Le chef des Shiroï se tenait prêt à intervenir... Mais il avait décidé de ne pas lui prêter secours si elle se ramassait comme une idiote à faire son sabotage pour le moins étrange et sujet à soupçons. Pour tout avouer le chef des Shiroï aurait bien voulu faire une petite "vendetta" sur la jeune fille et trancher les pieds d'une chaise... C'était puéril, et ça ne lui arrivait pas souvent, mais Rihlan restait au fond quelqu'un avec quelques pulsions vicieuses et de mauvaise foi... Voire enfantine presque...

Heureusement il se contrôlait et ces petites idées folles qui jaillissaient parfois dans son esprit lui permettait aussi de s'amuser un peu dans une routine où il devait souvent "travailler" d'une manière ou d'une autre. Et même si son "travail" comme il l'aimait l'appeler pouvait être plus sympathique qu'il n'y paraissait pour un néophyte, il manquait toujours la graine de folie qu'il ne pouvait normalement éprouver qu'en société et en sécurité... Or, chose étrange pour un chef de clan, ces deux paramètres semblaient véritablement loin de lui... Il s'était déjà fait prendre 2 fois dans le feu de l'action depuis son ascension, et ne s'était toujours pas trouver quelqu'un à qui confier ses objectifs, ses pensées ou quoique-ce-soit...

Il avait une femme pourtant, si magnifique, si sulfureuse, à un point qu'il aurait pu mourir sur place rien qu'en la voyant... Mais quelque-chose n'allait pas, lui vrillant la tête, le pliant en deux... Il n'arrivait pas à aller plus en avant dans ses pensées, comme s'il cherchait à attraper quelque-chose de plus glissant que du savon trempé... Rihlan ne comprenait pas ce qui lui arrivait, et commençait à respirer un peu plus fort, de la sueur apparaissant sur son front...

Soudainement, un "choc" le tira de ses pensées, le ramenant à la réalité et aux habitudes. Son "masques" n'avait pas bougé, laissant son sourire amusé et avenant... Bref, à part quelques perles de sueur, rien n'avait pu transparaitre de l'était de Rihlan, qui avait eu cette "absence" de quelques secondes seulement. Le "choc" était en fait cette "Akage" qui était revenue au sol, approchant en vacillant et fixant Rihlan d'une manière étrange et sortant, à la totale surprise de ce dernier, un paquet de cigarettes.

*Qu'est-ce que c'est que ce délire... Qui est-elle vraiment ?*


Le grand négociant en information qu'il était doutait d'avoir la moindre chose sur cette jeune fille, mais il allait certainement vérifier tout de même quand il rentrerait, tellement cette petite l'intéressait: Détentrice d'une épée rare portée disparue, au caractère pas très net, retrouvée droguée dans la bibliothèque et surtout faisant parti d'un "processus", comme disait Rihlan, du mystérieux contact en noir...

Le plus déconcertant était la cigarette que lui tendit la jeune fille, et qu'il accepta sans hésiter un seul instant, comme un geste naturel, tellement son envie de consumer un peu de tabac de plus... Allumée rapidement par la jeune fille, il put enfin se libérer de toutes ses pensées et fatigue par le simple fait de sentir le filtra entre ses lèvres... Aspirer le produit toxique, l'expirer en fumée blanchâtre, voilà ce qui faisait tourner le monde en cet instant pour lui.

Plus rien d'autre que ce cercle vicieux et corrupteur de ses entrailles... Rien d'autre...

Une sorte de remise à zéro. Voilà ce que c'était. Cela lui permit de se focaliser sur ce qu'il y avait d'immédiat autour de lui... Et la première chose qui vint sans son champs de vision: Akage Mai. Il se rendit compte rapidement du fait qu'il devait en apprendre plus sur elle s'il voulait savoir quoi en faire. Ainsi il débuta enfin une conversation dans un petit brouillard de fumée et ce silence calme qui semblait convenir à une nuit dans une bibliothèque:

"Akage Mai n'est-ce pas ? Je ne t'ai jamais vu dans le coin, et ça me semble étrange de trouver quelqu'un dans une bibliothèque la nuit avec une lame plutôt bien travaillée...

Que fais-tu ici ?"


Il espérait ne pas paraitre trop fouineur et suspect en posant ces questions, mais il fallait avouer qu'il n'avait pas grand-chose à dire d'autre... Au moins peut-être la somptuosité toxique de la cigarette calmerait-elle les moeurs de la jeune fille... Qui sait, peut-être même deviendrait-elle une pièce utile de son clan, s'il parvenait à la convaincre de les rejoindre et d'en faire une employée.

C'était cependant son côté imprévisible qui faisait peut au chef de clan... Il ne savait absolument rien d'elle et ce qu'elle lui avait montré était comme un être avec une multitude de facette, allant de la jeune fille gênée à la jeune fumeuse et délinquante assurée... Un vrai casse-tête qu'il serait compliqué de résoudre, mais bon...

Au moins, il pouvait -presque- fumer en paix!



[Désolé, je m'arrête là je peux pas faire plus]

[Et ça doit être mon plus long RP, alors bon *_*]
Revenir en haut Aller en bas
Akage Mai
Humain
Humain
Akage Mai


Feuille de personnage
Espèce: Humaine
Niveau: 4
Clan: Shiroi

Un petit coup de poudre... Empty
MessageSujet: Re: Un petit coup de poudre...   Un petit coup de poudre... Icon_minitimeMar 26 Jan - 16:38

Je sortais lentement de ma poche une seconde cigarette, et me l'allumais rapidement avec mon petit briquet. Je fumais alors mini-mètres par mini-mètres, je prenais mon temps, après tout, j'étais dans un lieu sur, accompagnée d'un chef de clan, je n'avais pas besoin d'être sur mes gardes. Il me disait qu'il ne m'avait jamais vu, et donc, ca prochaine question allait être une évidence même, il m'avait demandé ce que je faisais ici avec une lame si bien travaillée. En tout cas, il n'avait répondu à aucune de mes questions, c'était louche cette histoire quand même, mais bon, je n'allais pas le forcer... Quoi que, je pourrais très bien le forcer, je n'avais juste qu'à mettre ma lame sous la gorge et le menacer de me suicider, et pourquoi pas lui demande une petite somme d'argent en échange de mes capacités, ou d'un bout de mon épée.

Je n'allais pas le faire, je n'étais pas non plus cinglée, bien que parfois, je me posais quelques questions, mais rien de grave. Bon, que pouvais je lui dire ? Car a part lui donner une réponse négative, je n'en avais aucune idée, enfin si peut être, je pouvais très bien lui dire que je m'étais perdue, mais ca ne collerait pas de toute façon. Encore une fois, j'allais le faire attendre, il pourrait comme cela pendant ce laps de temps répondre à ma question, enfin peut être, il faisait ce qu'il voulait après tout. Je m'étais décidée à bouger, je marchais alors tranquillement dans la salle, en fumant le reste de ma cigarette, trainant mon bras sur les ranger de bouquin, et lisant certain titre. Rihlan allait me trouver totalement folle, mais bon, au moins personne ne pouvait me comprendre pour l'instant et j'étais donc plus tranquille comme cela.

Je laissais libre court à mon esprit pour l'instant, je ne me préoccupais toujours pas du chef des Shiroi, c'était un homme comme tout le monde de toute façon, donc il n'aurait pas de meilleur réactions de ma part. Mes yeux regardaient les alentours, la bibliothèque n'avait toujours pas changée, toujours pas de trace de craie, c'était bizarre car toute à l'heure il y en avait. En même temps, je ne cherchais pas vraiment, mon esprit étant toujours ailleurs, je ne savais plus trop quoi faire pour le laisser en plan, c'était bizarre, mais j'avais comme une pression sur moi, comme si je devais obligatoirement lui répondre maintenant. Mon regard ce positionnais alors rapidement sur lui, et je lui disais donc avec une voix calme, mais légèrement oppressée, bien sur, je restais calme, du moins j'essayais.


"Eh bien disons que je passais plus de temps dans Sekizen, la bas je recherchais un vampire, bien sur, je n'ai trouvé aucune information dessus malheureusement... Mais je finirais très bien par trouver, et puis bon, c'est une affaire personnelle, et familiale... Je ne préfère pas en parler pour le moment, peut être que quand je le retrouverais, j'en parlerais... Sinon, vous n'avez toujours pas répondu à mes questions, mais bon, si vous avez d'autre questions à mon propos, dite les moi toutes, comme cela, je vous direz tout ce qui est possible de dire, même si, je ferais attention aux informations que je vous donnerais. Aussi non, mon épée, je l'ai trouvée dans la forêt, elle était bien cachée, mais je n'en dirais pas plus, je la garde pour moi de toute façon."

Mes yeux venaient de ce poser à terre, je regardais le sol, je m'étais mise à marcher droit devant moi, je n'avais pas fait attention, mais j'avais fini ma cigarette, je la jetais aisément dans la poubelle non loin de Rihlan, ne le touchant pas bien sur, j'avais fait bien attention. Je m'étais retrouvée, sans vraiment faire attention, devant cet homme, mon regard dans ses yeux, j'étais vidé de mon énergie, je me sentais fébrile, je pouvais tomber à tout moment. Mes yeux avaient fait un quart de tour, regardant chaque objet de la pièce, je m'étais surprise à faire deux pas en arrière, et me retrouvais les fesses sur la tables, j'étais assise, les jambes écartées, je n'arrivais plus à les bouger, Rihlan allait peut être croire que je le draguais, en espérant que non.

J'avais mal à la tête, d'ailleurs, ma vision des choses était bousculé de droite à gauche, si je marchais droit devant moi, je tituberais, tombant parfois, comme si j'avais trop bue. J'étais mal au point, c'était les effets secondaire de la craie reçu il y a peu, il y avait quelque chose de bizarre dans les poussière, je devais lui dire, mais j'étais sans voix, je ne savais pas quoi faire pour lui dire, j'espérais qu'il me donne un verre d'eau ou autre. J'étais bête, de l'eau, j'en avais encore sur moi, je sortais alors un petit flacon de ma poche, et le bue d'un coup sec, replaçant directement à la suite mon flacon dans ma poche, j'en avais déjà vidée deux. Encore une et j'allais être à sec, une fois notre discutions finie, je devrais les remplir soit à la rivière ou dans une maison enfin, je verrais bien.

Ma tête tournait toujours, mais au moins, je pouvais répondre au chef des Shiroi, et il pouvait donc continuer son interrogatoire. Je le regardais, les yeux évasifs, c'était trop bizarre pour moi, et c'était tellement lourd, j'allais devoir directement lui dévoiler mes pouvoirs, mais j'hésitais, je devais attendre qu'il me pose la question pour lui répondre directement, mais je ferais quand même attention, je lui chuchoterais mon pouvoir, mais pas le second, celui la, je le gardais pour moi, car bon ma maitrise neuronal n'allait pas trop bien pour l'instant. Mes yeux essayaient de garder contact avec ceux de Rihlan, mais j'avais toujours du mal, je n'y arrivais presque pas, mais bon, je résistais pour l'instant, je me forçais, j'avais un peu de moins mal, mais je souffrais malgré tout mentalement, en plus, avec mes jambes engourdies, ca n'arrangeais rien !

J'essayais de penser à autre chose, mais rien de bien jolies s'affichaient dans ma tête, j'en avais marre, toujours la même scène, le viole, le meurtre de mes parent, ma survie, les sévices que j'ai eu, d'un coup, le grand coup de massue. J'avais les yeux grand ouvert, je suais, la peur m'enivrais, elle me contrôlait même, je tremblais de partout, je faisais tout pour le cacher, je ne voulais pas qu'il s'en rende compte, je voulais garde cela pour moi. Je n'aimais pas faire preuve de faiblesse face à un homme, j'en avais vraiment marre, j'avais presque envie de me foutre en l'air, mais cela ferais trop plaisir à ce putain de vampire ! Je devais le tuer, comme cela, ma famille allait reposer en paix, même si j'allais mettre du temps, je le ferais, je le tuerais, je lui ferais connaitre les pires tortures, une fois retrouvé, je lui ferais connaitre le mot DOULEUR !

D'un coup, mes yeux ce changeaient, je ne tremblais plus, j'avais reprise confiance en moi, à croire que ce vampire me forçait à me contrôler, que j'étais obliger de me contrôler, et d'avoir plus d'assurance. C'était bizarre, mais je pouvais déjà reprendre mon mouvement, je me sentais perdu, mais mes yeux montraient l'inverse, c'était incroyable, à chaque fois que je devais trouver la force, je pensais à ce satané vampire, et je me retrouvais à ne plus douter, à être même plus forte. Je devais donc à tout prix le tuer, pour avoir une plus grande confiance en moi, et comme cela, je serais plus forte, plus sure de moi, je serais quelqu'un n'ayant plus peur ! Je pourrais aussi me libérer sexuellement, et me faire des petits plaisir avec des partenaires masculin et non féminin, en faisant bien sur attention de ne pas tomber dans un piège.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Un petit coup de poudre... Empty
MessageSujet: Re: Un petit coup de poudre...   Un petit coup de poudre... Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Un petit coup de poudre...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit coup de balai | ft. Shadow Worcester
» Manu un amour de petit York x Cairn, 9 ans CSP adopté
» Recherche d'un MJ pour scénariser un petit truc sympa.
» Petit doc choquant sur la musique
» Jour de fête et petit nicolas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire-Rpg :: Hors jeu :: Archives :: Rp terminés-
Sauter vers: