AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez  | 
 

 Nausicaa dite la Némésis (fini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Invité
Invité



MessageSujet: Nausicaa dite la Némésis (fini)   Mer 13 Jan - 0:05

Nausicaa dite la Némésis




Nom : En ce temps, ca existe pas
Prénom : Nausicaa dite la Némésis
Age ( apparent ) : 19 ans
Sexe : F
Préférence sexuelle : hétéro

Faiblesse/peur : J'ai peur de perdre mon identité à cause de mon pouvoir, alors je fais tout pour pas l'utiliser mais je n'y arrive pas toujours

]Armes : Deux Taurus PT99 avec silencieux et Une lance perse.


Description des armes :

Deux Taurus PT99 avec silencieux :

C’est deux armes à feu noire, semi automatiques avec un chargeur chacun de 15 balles. Une arme à la cross en argent, pour la différencier de l’autre car elle détient des balles en argent. Sur chaque cross, il y a le symbole de ma déesse, Némésis grave dessus. Ils ont chacun, un silencieux pour être discrète. Je les porte autour de ma taille, dans des holster accroché à ma ceinture.

Une lance perse :


C’est une longue lance, dont le manche peut se plier en trois pour passer inaperçus. Je la cache dans mon dos, sous mes cheveux. La lame fait 25 cm de long et en argent pur, marque du sceau de Némésis. Le manche est en acier renforcé de couleur or. Les jointures sont également renforcées et entouré de lanières en cuir brun. Quand elle est pliée, je l’attache avec le ruban rouge qui est accroché au bout de la lance.


Pouvoir: Le visage de Macaria et lévitation

Description du pouvoir :


Ce pouvoir me permet de prendre l’apparence des défunts, seulement les humains (toute race comprises). Je ne peux pas le faire tout le temps car je perds beaucoup d’énergie. Il suffit que je pose ma main avec la marque d’Hadès sur la peau nue pour voir le souvenir du défunt chez celui que je touche, et a ce moment là, je peux prendre la forme ensuite. Quand je suis fatigué ou que j’ai beaucoup faim, ca ne marche pas ou ça s’enclenche toute seule. Je sais que si je prends la même forme d’un même défunt, je peux m’imprégner de son âme et devenir lui, pendant un long moment. En clair, je perds mon identité. Ce que j’évite. Sous l’effet de certaines émotions fortes, cela peut se déclencher tout seul ou bien intervertir avec mon propre défunt. Ah oui, quand je l’utilise trop, ou que je ne veux pas l’utiliser et qu’il s’enclenche et ou encore que je ne peux pas l’utiliser, mes marques saignent beaucoup.

Stade 1 : la tête, la voix, seulement des femmes
Stade 2 : le haut du corps, et des hommes jusqu'à 30 ans
Stade 3 : tout le corps, les adultes, allant jusqu'à 50 ans
Stade 4 : les vieux
Stade 5 :les enfants

Description physique du personnage :


J’ai les cheveux long brun, claire, descendant jusqu’au bas du dos. J’ai les yeux veyrons, un bleu celui de gauche, et l’autre violet quand j’ai faim mes yeux deviennent rouge. J’ai la peau claire, malgré un teint méditerranéen. Je porte un peu de maquillage noir sombre. Je porte une chaine en argent, avec le médaillon rond ornée du symbole de Némésis, ainsi qu’une chaine autour du front, avec le même type de médaillon. Je porte un buste, blanc, avec des symboles tribaux en or, dessus. Je porte un panta- court noire cendre, taille basse arrivant au début des genoux avec une ceinture en cuir brun, et une sanglant argent en son centre, une ambre rouge. Au niveau de mes épaules, il y a un épais anneau en or. Je marche souvent pied nues mais je peux aussi mettre des ballerines noir, avec une fleur rouge. A la cheville droite, et au poignet gauche, j’ai deux anneaux d’or, se croisant. J’ai trois marques, une sur ma nuque, le symbole de Némésis, une sur le dos de la main droite, le symbole de Thémis et la dernière sur l’autre main au même endroit, le symbole d’Hadès. Tous ont été grave, au fer rouge, avec de l’encre noire quand j’avais 6 ans.

Description mentale du personnage :



J’aime jouer avec le cœur des humains plus que les autres races car je ne connais pas ce sentiment nommait amour. J’aime manipuler, surtout quand je veux quelque chose. Je suis sincère, et honnête plus envers mes amis. Je suis douce, calme et patiente. Cependant j’aime torturer et me venger comme on me l’a si bien montré. Je suis sadique, très même mais je ne le montre pas. Je suis franche. Je n’ai pas honte de poser quand je veux savoir. Je n’aime pas tourner autour du pot. Je suis rebelle, provocatrice et résistance. J’aime taquiner ceux que j’apprécie. Je suis spontanée, plus humaine dans certaine situation. je suis sociable, et n’attaque pas sans raison. je suis aussi tres observatirce.

Histoire du personnage :


Je suis l’enfant des dieux selon certain, mais je n’y crois pas. Je me souviens de tout, des moindres détailles, des moindres chemins. Ma vie débuta un 25 mars de l’an – 540 avant – jésus Chris, dans une petite ville en Péloponnèse. Je vivais avec ma famille tranquillement. J’étais la dernière d’une famille de 3 enfants. J’avais un grand frère du nom d’Ulysse et une sœur du nom de Penelope. J’étais différente, à cause de mes yeux, un bleu, un violet. Tout le monde me connaissait et cela me pesait plus que tout. Etre admirer que je haïssais ça. Un matin, pendant l’année de mes 5 ans, je jouais avec mon frère, que j’adorais. Quand des prêtresses sont venues. Elles parlaient longuement avec mes parents. Je ne comprenais pas, et j’ignorais ce qu’elles voulaient mais j’avais reconnu le symbole qui ornait leurs vêtements. C’était les prêtresses de Némésis. Que voulait –elle ? Mes parents voulaient il se venger ? De qui ? J’étais si jeune, et si vieille dans un sens. Car à cette époque on mourrait bien souvent avant 30 ans. Pourtant je ne comprenais rien, vraiment rien. Elles revinrent plusieurs fois pendant un mois mais repartirent déçues. Un soir, mon père me convainquit et m’expliqua tout. Ces prêtresses voulaient m’élever, car selon eux mes yeux étaient l’intervention divine de leur déesse vengeresse sur moi. je ne voulais pas, mes parent n’ont plus. Mais elles m’ont quand même eu. Thémis a choisi à ma place, et a ordonné qu’on me remette aux prêtresses. Pas le choix, pas le droit de dire, donner mon avis. J’ai du dire Adieux à ma famille. Je me débattais tellement, jusqu'à griffer leur visage. je ne voulais pas. je pleurais, et je tremblais. Jamais, je n’oublierai ce jour là, restant gravée dans ma tête. Si j’avais su ce que ma vie deviendrais, je n’aurais pas obéit…. Je me serais enfuie dans les méandres de la Grèce. Je n’aurais pas pu, trop endoctriner pour ça. Je le regrette aujourd’hui, mais cela ne sert à rien de pensée au passé.

Elles m’emmenèrent dans le temple de Némésis à Athènes. Je n’avais pas le choix. Je n’ai jamais oublié ma famille mais elles l’ont cru. Quelle sont naïves. La première année fut dure, et douloureuse. Elles m’ont entrainé, testé, et fait vivre les pires choses. Je leur obéissais par obligation, pleurant la nuit pour ne pas sombrer. Elles voulaient évaluer mon potentiel, pour savoir si je suis digne d’être, une prêtresse, ou être une guerrière vengeresse. Au bout de cette année, à mes 6 ans, elles décidèrent que je serais une guerrière à leurs ordres. Non, je ne voulais pas. Elles me sacrèrent septième soldat sacré de Némésis, en marquant au fer rouge, l’encre noire, le symbole de Némésis, à la nuque, celui d’Hadès sur le dos de la main gauche, celui de Thémis sur l’autre. C’était douloureux. J’ai crie, en larme, ne supportant pas les blessures. Je fus malade pendant plusieurs lunes, une infection surement. J’ai même frôle la mort. Ma guérison était miraculeuse pour eux, et donc faisait tout pour que je reste dans leur système. Je suivais un entrainement sans arrêt. J’étais plusieurs fois blesse, plusieurs dans un sale état. Elles insistèrent sur moi, pour que j’oublie, ma famille, les sentiments humains comme amour, amitié, culpabilité, tristesse, pitié ou encore compassion. Ces prêtresses russisèrent mais avec beaucoup de difficulté. A 12 ans, j’étais un bon soldat, un très bon archer, agile avec la science des amazones, une bonne escrimeuse. Ma première mission, se suivit de plein d’autre, de plus en plus cruelle, mais aucun sentiment ne traversa mon visage. J’étais une Némésis, une vengeresse, sans cœur. Cela dura jusqu'à mes 19 ans. J’étais une des plus efficaces, et une des plus dangereuses.

Un jour, non une nuit plutôt, tout changea. Je devais tuer deux hommes de plus de 20 ans, je ne connaissais rien d’autre. Je m’engouffrai dans les rues de la ville, jusqu'à trouver mes cibles. Comme un soldat aucun sentiment, ne traversait mon âme, aucun. J’entrais dans une maison, je savais qu’ils étaient là, armés de ma lance.

- Némésis est en ce lieu, veuillez vous montrer ici ?

Cette phrase doit être dire avant chaque exécution. Je la trouve idiote sans intérêt. Je marchais montant les escaliers quand, un homme aux yeux rouges, aux crocs bien présents fonça sur moi comme une bête. Je n’avais pas peur car je ne connais pas ce sentiment. Enfin c’est ce que je croyais. Je me mis à trembler, sentir une goutte de sueur couler le long de ma tempe. Il me prit au cou, et me colla contre un mur, sans que je puisse faire quelque chose contre…. Comme paralysé. Il se lécha ses lèvres.

- J’ai faim, tu seras mon repas, jeune Némésis… Mais avant jouons un peu…

Jouer ? Je ne comprenais …Faim ? Que me voulais –t- il ? Soudain je compris…. Si je ne me débat pas je vais mourir par un monstre. Donc je pris tout mon courage et je me débattais de toutes mes forces. Il y avait du sadisme dans ses yeux quand il enfonça sa main dans mon ventre. Il me déchira la chair avec ses doigts, me perforant l’estomac. Je crachais du sang. C’était violent. Une douleur comme ça, je n’ai jamais rien senti de telle avant. Je le frappai au visage. Il me balança contre le sol.

- Tu me plais !

Sur ces mots, il sauta sur moi. Me plaquant au sol, il se lécha ses doigts. J’allais mourir, je le sentais venir. Cependant je me refusais de sombre dans les abime d’Hadès. Il s’approcha de mon visage comme un prédateur de sa proie. Quand j’entendis une voix crier au loin. Je tournais la tête pour un homme descendre. C’était mes cibles. Je me sentais trahie par ces prêtresses.

- Ambrose !!!! Noooooonnnnnnn !!

Il était ensanglanté, mais son visage me parut familier. Qui s’était ? Un souvenir lointain, m’envahissait. Je voyais ma famille heureuse, unis et mon grand frère me prenant dans ses bras. Cette chaleur que j’avais oubliée, ces liens que j’avais effacés, revinrent comme un effet papillon. Je sentais mon cœur battre d’une façon que j’avais oubliée. Que je ne voulais pas oublier. Cet Ambrose me laissa et se bâta contre l’autre. J’étais là, ignorant leur bagarre. Trop perdu dans ses souvenirs, trop perdu dans ma douleur, je n’y faisais plus attention. J’entendis un lointain, traitre s’étouffait dans ma tête. Je fermais les yeux, sombrant peu à peu.

- Petite sœur, ne meurt pas… tu es tous ce qu’il me reste dans ce monde… Je ne pensais pas que je te rêverais un jour.

C’était des murmures, des doux murmures à mes oreilles. C’était Ulysse, mon grand frère. J’ouvris les yeux. Je le vis pleurer mais je remarquai aussi ses crocs. Etait – il comme l’autre ? Il était gravement blessé.

- Grand frère …. Murmurai-je faiblement.
- Chut !! Me fit – il en me mettant son index sur mes lèvres. Je suis un monstre mais je refuse de te tuer pour vivre….Je préfère encore….Pardonne moi de te condamner.

Sur ses mots, il se rapprocha de mon cou, et me donna un baiser de douleur. Je sentis ma peau se déchirer, mon sang couler dans sa gorge. Les rumeurs étaient vrais….. Ils étaient les monstres que Hadès à laisse s’échapper. Je ne pouvais pas bouger alors que je le voulais plus que tout. Je lui attrapai les cheveux et je tirai de tout mes forces, enfin celle qu’il me reste.

- Ulysseeee !!!! Arrrrrêtttte !!!! Criai – je.

Cependant il n’arrêtait pas, et continuais. Je me lançais partir doucement. Je lâchais prise. Il se retira ses crocs. Mon sang coulait le long de ses lèvres.

- Pardonne moi petite sœur …. ! Répéta - t- il.

Il s’ouvrit le poignet et le mit contre mes lèvres mais je détournais la tête. Je ne voulais pas être un monstre, être comme lui. Il prit ma tête entre ses doigts, et la tourna vers lui.

- Boit ….. Boit ! Me supplia – t-il, avec larmes.

Je fis non de la tête mais cela, ne le fis pas abandonner. Il me boucha le nez, et me força à boire. Je bus sans le vouloir. Je bus beaucoup. Je me sentais horrible, sale, et répugnante. Mes yeux se fermèrent doucement. J’entendis qu’un léger « je t’aime petit sœur, adieux » et je sombrais. Quelque chose explosait en moi. Je me sentais disparaitre et renaitre. Ma peau craquelait, c’était comme si je muais. J’avais si mal. Je souffrais comme jamais. C’était horrible. Quand je vis la déesse Thémis, la déesse Némésis se montraient à moi. Elles me disaient comme dans un écho.

« Tu es damnée a errer dans ce monde pour l’éternité, a jamais…. Que le grand Zeus, nous en est témoin. Nous te maudissons, être le chaos de tes morts, à être l’esclave de la terre….. »

Ensuite Hadès, se présentait à moi et me damna de son royaume a jamais et si par malheur je mourrais, je connaitrais que le chemin de l’enfer. Soudain, je me réveillais. Je ne comprenais pas. Je touchais mes dents, et compris. J’étais un de ses montres. Je me redressais. J’étais intacte mais j’avais faim. Une faim que je ne connaissais pas.je voulais du sang, beaucoup. Je cherchais Ulysse, mais il n’était pas là. Il y avait juste de la poussière sur le sol. J’examinai la chambre. Elle était close, sans fenêtre et sombre, non noir. Pourtant je voyais très bien. J’étais sur un lit. Combien de temps, ai- je dormi ? Je l’ignorais. Guidée par ma faim, je sortis d’ici, de la maison. Il faisait nuit et cela me soulage intérieurement. Je décidai d’aller au temple comme pour me venger. Sans rentrer dans les détails. Il est devenu un buffet géant. Je les tuais toutes, sans exception, sans regret jusqu'à l’aube. Instinctivement, je refugiais dans la cachette, peur du soleil.

A partir de cette nuit, ma vie prit une tournure cauchemardesque. J’errais dans ce monde, maudit par ses dieux. Apollon me refusa de le revoir, trop sale, impure pour ça. J’ai participé à plusieurs carnages mais aussi à plusieurs sauvetages. J’ai connu d’innombrable humain, immortelle. Une guerre règne entre les vampires et les lycans portant, je n’y participe pas. Je n’ai rien contre les lycans. Pendant les deux derniers siècles, je me faisais engagée comme tueur à gages, ou mercenaire. Et je veux continuer dans cette voie là. Une nuit, je suis arrivée à Tokai, par le port. Un ami, dont je ne donnerai pas le nom, m’a aidé à venir. Je pense rester ici longtemps.


Dernière édition par Nausicaa le Ven 15 Jan - 13:21, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nausicaa dite la Némésis (fini)   Mer 13 Jan - 18:09

Bienvenue sur Vampire rpg...

Pourrais-tu si il te plait décrire en gros l'évolution de ton pouvoir a travers les différents stade?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nausicaa dite la Némésis (fini)   Jeu 14 Jan - 19:50

j'ai mis les 5 stade dans la presentation toute compte fais^^
Revenir en haut Aller en bas
Zack Solovan
Vampire
Vampire
avatar


Feuille de personnage
Espèce: Vampire
Niveau: 6
Clan: Kurenaï

MessageSujet: Re: Nausicaa dite la Némésis (fini)   Ven 15 Jan - 15:30

Fiche validée. Smile


Belle fiche dans l'ensemble, n'oublie pas de faire ta fiche technique (si ce n'est pas déjà fait) et de la gardé à jour. Wink


Bon RP cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nausicaa dite la Némésis (fini)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nausicaa dite la Némésis (fini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire-Rpg :: Hors jeu :: Anciennes fiches de personnage :: Anciennes présentations -